menu
Rassemblement des Français de l'étranger
search
search
publié le 3/11/2021, 4:33:56 PM

L’enseignement français à l’étranger : le fer de lance de la diplomatie culturelle française

L’enseignement français dans 139 pays

Le réseau des établissements français à l’étranger comptait 522 établissements à la rentrée 2019, avec 30 nouveaux établissements homologués. Ils sont répartis en 3 catégories :

  • 71 établissements en gestiondirecte par l’AEFE(EGD),
  • 156 établissements conventionnés, en « dialogue de gestion constantavec l’AEFE »,
  • 295 établissements partenaires, gérés par des opérateurs privés, dont les relations avec l’AEFE sont définies individuellement par un « accord de partenariat ».

La Mission laïque française est l’un des principaux opérateurs privés : 60.000 élèves sont scolarisés dans les 112 écoles MLF.On compte donc 183 écoles indépendantes.

8.000 élèves ont intégré le réseau à la rentrée 2019, portant à 364.000 le nombre d’élèves qui y sont scolarisés1.

La part d’élèves français: 35% du nombre total d’élèves.

Budget et frais de scolarité. Le PLF pour 2020 prévoyait une subvention à l’AEFE de 408,6 millions d’euros (retour au niveaude 2017).

Augmentation constante des frais de scolarité : 2012/2013 et 2018/2019, la moyenne mondialedes frais de scolarité est passée de 4.130 € à 5.563 € dans les établissements du rythme sud et de 4.269€ à 5.569 € dans les établissements du rythme nord.

En 2018, les parents ont participé à hauteur de 63,5 %, au financement direct des EGD. La participation peut s’éleverjusqu’à 100% dans les établissements indépendants.

Montant de frais de scolarité acquittés en totalité par les parents

Effectifs. Les personnels du réseau des établissements français à l’étranger sont soit des fonctionnaires détachés du ministère de l’Éducation nationale, soit des agents contractuels de droit local. Le nombre d’emplois sous plafond de l’AEFE est de 5.676 en 2020, en baisse de 9% par rapport à 2014 (6.235).

La part des effectifsde droit local s’est donc mécaniquement accrue : + 4,7% entre2014 et 2018. Cette part devrait continuer d’augmenter et il est indéniable que « la croissance du réseau reposera donc essentiellement sur l’emploi de recrutés locaux »2.

Bourses. Elles ne sont accessibles qu’aux familles françaises. On compte autour de 24.500 élèves boursiers, avec une légère érosion de 4 % en 5 ans. La proportion d’élèves boursiers par rapport au nombre d’élèves français est plus importante dans les postes du rythme sud, 33,6 % contre 20,1 % pour le rythme nord. Sur l’ensemble du monde, la part des élèves boursiers (20,7%) par rapport au nombre d’élèves français est en légère diminution. De fait, les aides à la scolaritéstagnent : 105 millions d’eurosen 2020, comme en 2019 (contre 110 millions en 2017

et 2018).

 

https://www.diplomatie.gouv.fr/IMG/pdf/developper_l_enseignement_francais_a_l_etranger_-_dossier_de_presse_cle02ed67.pdf 

https://www.senat.fr/rap/a19-142-2/a19-142-21.pdf

publié le 2/1/2021, 9:30:00 AM

Perspectives pour l’enseignement français à l’étranger en 2021

Dans une lettre adressée aux parlementaires représentant les Français de l’étranger, Olivier BROCHET, directeur de l’AEFE, dresse un bilan de l’année 2020 et donne sa vision pour l’année 2021, qu’il place sous les signes « de la résilience et de la confiance ». 

Résilience, parce qu’avec 540 établissements, le réseau AEFE a développé sa toile par rapport à l’année 2019/2020, avec 18 établissements en plus. Le nombre d’élèves est resté quasiment stable et s’établit à 368.000 élèves.  

Cette stabilité s’explique par l’adaptabilité dont ont su faire preuve tous les acteurs : une enquête menée auprès de 70.000 élèves, parents et enseignants atteste de leur satisfaction vis-à-vis de l’enseignement distanciel. 

Malgré le ralentissement  « du rythme de mise en œuvre » causé par la pandémie, M. BROCHET assure de sa confiance pour atteindre l’objectif fixé par le Président de la République du doublement du nombre d’élèves d’ici à 2030. 

Deux priorités pour 2021 : 

  • Renforcement des outils numériques : Les projets fédérateurs seront adaptés à la situation sanitaire (1er salon virtuel de l’orientation pour étudier en France organisé en janvier, « Ambassadeurs en herbe », Jeux internationaux de la jeunesse et Orchestre des lycées français du monde).
  • Sécurisation des établissements : Grâce à la loi de finances pour 2021, une subvention de 9 Millions d’euros est de nouveau dédiée à l’Agence pour des travaux de ce type. « Après deux années complexes pour aider les établissements, l’AEFE va pouvoir à nouveau accorder des subventions de sécurité à ceux qui en ont besoin, et au-delà financer des formations des personnels et des élèves afin de développer une véritable culture de la sécurité dans les établissements ».
1